Remèdes

L’histoire des médicaments est comme l’histoire des produits d’une civilisation. L’essentiel de leur histoire est le symbole d’un combat livré entre les puissances du Mal, dont souffrait le malade, et les puissances du Bien. Elles étaient représentées par le médecin ou le guérisseur. Les remèdes tenaient surtout des pratiques de l’exorcisme. Ils s’inscrivaient dans un processus incantatoire, davantage qu’empirique. On est longtemps resté à l’utilisation d’espèces minérales, animales, et surtout de plantes, fraiches ou desséchées, prescrites en décoctions, macérations, tisanes ou fumigations. La cueillette était, depuis l’aube de l’histoire, le mode d’acquisition du médicament. Elle consistait à trouver dans la nature les éléments minéraux, végétaux, animaux, et à les assimiler à des « remèdes » dès lors qu’ils soulageaient ou suggéraient la guérison.

Des remèdes aux médicaments

Avant que ne s’ouvre l’ère de la chimie de synthèse, la production des médicaments fut liée à l’acquisition et à la transformation galénique de matières premières pharmaceutiques. En raison de leur fréquente inactivité, elles étaient l’objet de constants remaniements. C’est à grand-peine que la chimie put s’identifier en tant que science indépendante. En outre, des méthodes physiques comme la distillation, ou chimiques comme l’extraction, furent ouvertes. Elles avaient un objectif obsessionnel de purification. Le souci de purification des remèdes reposait sur la volonté de simplification. Les médicaments proposés jusqu’au début du XIXe siècle étaient tous de formules complexes. Y entraient des principes actifs souvent opposés, neutralisant leurs potentielles activités thérapeutiques quand elles en avaient. L’extraction, qui consistait à isoler les principes actifs des minéraux ( comme l’iode extraite des varechs en 1811). Des végétaux (comme la morphine extraite de l’opium en 1817) ou des animaux ( comme l’insuline extraite de pancréas animaux en 1922). Cela fut d’autant plus efficace que la chimie était devenue une science répondant à des lois et à des règles permettant d’organiser le travail des laboratoires.

C’est alors que la médecine trouvait des racines scientifiques avec la naissance de la biologie moderne. De nouvelles techniques de productions de médicaments voyaient le jour. En outre, on nota un quasi retour à la nature et à la cellule originelle. Le médicament allait redéfinir son cadre de production grâce à la découverte des cultures de cellules.

Source: Histoire contemporaine des médicaments. François Chast (éditions la découverte)